Mots-clés

Réseau

 
Envoyer l'article par mail
De la part de :  :
(entrez votre nom)

Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)


afficher une version imprimable de cet article  Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

Un réseau est un ensemble d’éléments matériels, les infrastructures, et immatériels, électromagnétiques (ondes) ou informationnels, assurant la mise en relation de différents lieux d’un territoire et des entités qui les occupent.

Il se compose non seulement d’éléments linéaires, permanents ou temporaires, qui traduisent l’existence de relations et en garantissent la possibilité, mais également d’éléments nodaux nécessaires à l’organisation des flux et au fonctionnement du système dans lequel s’inscrit le réseau.

Parmi les éléments linéaires citons les voies ferrées, les routes et autoroutes, les canaux, les câbles téléphoniques et électriques, les canalisations nécessaires à l’adduction d’eau et à l’assainissement, les liaisons hertziennes, les fleuves et leurs affluents constitutifs des réseaux hydrographiques ou, de manière plus abstraite, les échanges d’informations, de ressources, les relations sociales, etc.

Les éléments nodaux renvoient, quant à eux, aux gares, aéroports, stations de métro, échangeurs routiers et autoroutiers, transformateurs électriques, regards de visite, aiguillages ferroviaires, satellites, ou encore, à une autre échelle, aux villes, banques, entreprises, personnes lorsque certaines entretiennent entre elles des relations variées (politiques, économiques, sociales, etc.), nombreuses et régulières dans le cadre de réseaux urbains, de réseaux bancaires, de réseaux d’entreprises ou de réseaux sociaux.

L’existence des réseaux est guidée par un besoin de mobilité, de communication, d’échange dû à l’hétérogénéité de l’espace géographique. Satisfaire un tel besoin suppose l’interconnexion de lieux géographiques. Interconnexion permise par les réseaux de transport et de télécommunication.

Le rôle des nœuds dans le fonctionnement des réseaux est fondamental puisqu’ils autorisent de multiples échanges, transbordements, commutations et, de ce fait, compensent partiellement l’absence de liaisons directes entre chacun des couples de lieux à desservir.

Souvent lieux d’accès aux réseaux, les nœuds sont, dans certains cas, des lieux de pouvoir, distincts des autres parties du territoire et hiérarchisés en fonction de la qualité du service qu’ils sont susceptibles d’offrir par l’intermédiaire des réseaux qui les desservent. C’est, en effet, la discontinuité, la plus ou moins grande rareté des points d’entrée et de sortie qui créent le pouvoir.

Cette discontinuité, qui s’oppose à la continuité du territoire, constitue, avec la performance des systèmes de transport qui le desservent et avec la structure, la morphologie de leur composante réseau, l’un des principaux facteurs explicatifs des différences d’accessibilité caractéristiques de l’espace géographique.

La représentation la plus courante des réseaux fait appel à des éléments graphiques simples, les points et les flèches, qui composent un objet mathématique aux nombreuses propriétés, le graphe.
voir aussi : connexité, connexité2, connectivité

Laurent Chapelon